La grande réflexion du mois : « La politique pour se servir et non pour servir »
La grande réflexion du mois : « La politique pour se servir et non pour servir »

Avec 408 milliards de FG de budget de fonctionnement alloué au Président de la République; 500 millions par mois au chef de file de l’opposition, des ministères dotés des budgets de fonctionnement faramineux, créés sur mesure pour récompenser des amis politiques dans un pays où certains n’ont guère la possibilité de manger 3 fois par jour, constituent la preuve que nos politiques ne cherchent pas à vivre; mais, à empêcher les autres citoyens de vivre.

Que ceux qui s’interrogent ou s’étonnent le pourquoi les uns et les autres s’entre déchirent tant en politique ou sont prêts à vendre leur âme, essayent de savoir si ces milliards de francs guinéens à amasser sans rien faire, ne seraient pas une raison valable pour justifier cela. Chez nos politiques, la fin justifie les moyens.

La Guinée est devenue un pays où la politique est devenue un business très rentable. Les gens s’y engagent avec l’espoir d’engranger le maximum dès la première occasion.

Il y en a qui se vantent ou se défendent d’avoir des biens à crédit. Ils oublient qu’ils avaient profité abusivement de l’Etat pour être crédibles avant d’accéder aux crédits. Et une fois, les crédits obtenus, ils reviennent au commande pour faire rembourser les mêmes crédits par l’Etat en puisant indûment dans ses caisses.

Difficile d’être citoyen lambdas dans ce pays qui fonctionne comme une jungle où les forts dévorent les faibles sans état d’âme.